Addictomed : somnifères, anxiolytiques, calmants : attention à la dépendance !

Votre médecin vous a prescrit récemment un médicament pour soulager l'anxiété, le stress ou l’insomnie ? Savez-vous que certains de ces anxiolytiques s’ils sont pris trop longtemps, peuvent causer une accoutumance et une forte dépendance ?
Dans tous les cas, ces médicaments - s'ils peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisés à long terme.
Ils doivent être prescrits pour une courte durée et le dosage journalier indiqué par le médecin doit être respecté par le patient.
Ce site d’information scientifique est proposé par MFP Services, un organisme indépendant des producteurs de médicaments et de tous produits alternatifs.

Quand ils sont utiles, les somnifères et les anxiolytiques (les «benzodiazépines») n’ont qu’un rôle d’appoint transitoire et de courte durée:

  • Traitement contre l’insomnie : pas plus de 4 semaines consécutives !
  • Traitement contre l’anxiété : pas plus de 3 mois consécutifs !

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’interrompez pas seul votre traitement. Un arrêt brutal peut être dangereux. L'arrêt doit être très progressif et supervisé par votre médecin traitant.

Stress lié au COVID-19

L'info de la semaine

Pour mieux dormir, exposons-nous à la lumière du jour

Avec l’arrivée de l’automne et le raccourcissement des journées, beaucoup de personnes se plaignent d’un mauvais sommeil. La cause en est souvent le manque de lumière.

En effet, la qualité de notre sommeil est influencée par la production de mélatonine, elle-même liée aux variations de luminosité reçues par notre rétine. Lorsque les journées deviennent plus courtes, le rythme de sommeil peut être perturbé. Le développement du télétravail peut aussi renforcer ce manque d’exposition à la lumière du jour.

Un moyen simple permet de limiter ce phénomène : la luminothérapie. Il suffit pour cela…de sortir de chez soi en pleine journée, à condition que le temps ne soit pas trop gris. En complément ou pour les personnes ne pouvant pas sortir (personnes âgées, en situation de handicap…), il est conseillé de s’exposer à une lampe de luminothérapie. La lumière recommandée est alors une lumière blanche d’une intensité de 10.000 lux, à placer à 50 cm de vous. Une lumière forte le matin entraîne une avance des horaires de sommeil (vous vous endormez et vous réveillez plus tôt la nuit suivante). A l’inverse, une lumière forte le soir retarde les horaires d’endormissement et de réveil.

Dans tous les cas, si vous êtes gêné par un mauvais sommeil, parlez-en avec votre médecin.

Réseau Morphée

Mon somnifère ou mon anxiolytique
peut-il créer une dépendance ?

Pour le savoir, entrez dans le cadre ci-dessous
le nom de votre médicament

Je prends un somnifère ou un anxiolytique.
Suis-je accro ?

Faites le quiz