Addictomed : somnifères, anxiolytiques, calmants : attention à la dépendance !

Votre médecin vous a prescrit récemment un médicament pour soulager l'anxiété, le stress ou l’insomnie ? Savez-vous que certains de ces anxiolytiques s’ils sont pris trop longtemps, peuvent causer une accoutumance et une forte dépendance ?
Dans tous les cas, ces médicaments - s'ils peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisés à long terme.
Ils doivent être prescrits pour une courte durée et le dosage journalier indiqué par le médecin doit être respecté par le patient.
Ce site d’information scientifique est proposé par Urops, un organisme indépendant des producteurs de médicaments et de tous produits alternatifs.

Quand ils sont utiles, les somnifères et les anxiolytiques (les «benzodiazépines») n’ont qu’un rôle d’appoint transitoire et de courte durée:

  • Traitement contre l’insomnie : pas plus de 4 semaines consécutives !
  • Traitement contre l’anxiété : pas plus de 3 mois consécutifs !

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’interrompez pas seul votre traitement. Un arrêt brutal peut être dangereux. L'arrêt doit être très progressif et supervisé par votre médecin traitant.

Stress lié au COVID-19

L'info du moment

Que faire quand un ado dit mal dormir ?

Les adolescents ont encore des besoins de sommeil importants. Pour être en forme, on estime que 9 heures de sommeil en moyenne leur sont nécessaires. En dessous de 8 heures de sommeil, les ados sont bien souvent en privation de sommeil. A partir de 17/18 ans, cette moyenne passe à 7h30/8h de sommeil par nuit. Pourtant, on sait bien que beaucoup d’adolescents ne dorment pas assez, notamment parce que téléphones, ordinateurs, consoles et télé les font veiller tard ; cette surconsommation d’écrans peut ensuite gêner l’endormissement.

Si beaucoup d’ados ne dorment pas assez, certains dorment mal, ce qui peut être le signe d’un mal être psychologique à prendre en compte.

Pour aider les ados rapportant des troubles du sommeil (et leurs parents) à évaluer leur sommeil et les orienter, l’association Réseau Morphée propose un questionnaire en ligne d’une vingtaine de minutes, gratuit et anonyme. Il est recommandé de le faire remplir par l’adolescent lui-même mais un accord parental est demandé.

À l’issue du questionnaire, un rapport fait la synthèse des symptômes et du type de trouble du sommeil que le questionnaire révèle ; des pistes sont proposées pour consulter au bon endroit et des conseils à mettre en application en attendant un éventuel rendez-vous médical sont donnés.

Réseau Morphée

Mon somnifère ou mon anxiolytique
peut-il créer une dépendance ?

Pour le savoir, entrez dans le cadre ci-dessous
le nom de votre médicament

Je prends un somnifère ou un anxiolytique.
Suis-je accro ?

Faites le quiz