Addictomed : somnifères, anxiolytiques, calmants : attention à la dépendance !

Votre médecin vous a prescrit récemment un médicament pour soulager l'anxiété, le stress ou l’insomnie ? Savez-vous que certains de ces anxiolytiques s’ils sont pris trop longtemps, peuvent causer une accoutumance et une forte dépendance ?
Dans tous les cas, ces médicaments - s'ils peuvent être d'une grande aide ponctuellement - ne doivent généralement pas être utilisés à long terme.
Ils doivent être prescrits pour une courte durée et le dosage journalier indiqué par le médecin doit être respecté par le patient.
Ce site d’information scientifique est proposé par MFP Services, un organisme indépendant des producteurs de médicaments et de tous produits alternatifs.

Quand ils sont utiles, les somnifères et les anxiolytiques (les «benzodiazépines») n’ont qu’un rôle d’appoint transitoire et de courte durée:

  • Traitement contre l’insomnie : pas plus de 4 semaines consécutives !
  • Traitement contre l’anxiété : pas plus de 3 mois consécutifs !

Si vous prenez un somnifère ou un anxiolytique, n’interrompez pas seul votre traitement. Un arrêt brutal peut être dangereux. L'arrêt doit être très progressif et supervisé par votre médecin traitant.

Stress lié au COVID-19

L'info de la semaine

Quand la sieste devient un indicateur de performance

Chaque culture a ses représentations du sommeil. La pratique de la sieste en est un bon exemple.

Ainsi, en France, la pratique de la sieste n’est toujours pas bien acceptée dans de nombreux milieux professionnels. Au Japon, en revanche, cette pratique est très bien considérée et témoigne même de l’ardeur que le citoyen consacre au travail et à la vie sociale.

En effet, pour un Japonais, être fatigué, et céder à cette fatigue le temps d’un bref endormissement, est valorisé socialement : c’est le signe que la personne ne s’est pas « économisée » ou qu’elle fait l’effort d’être présente avec les autres malgré la fatigue. Au Japon, iI n’est donc pas rare de voir une personne s’assoupir au milieu d’une réunion de travail ou d’un cours, dans un lieu public, lors d’une soirée. Une expression spécifique est même consacrée à cette pratique : « inemuri » ou le fait d’ « être présent et endormi »…

Source : La santé de l'homme N°388 - Mars-Avril 2007

Mon somnifère ou mon anxiolytique
peut-il créer une dépendance ?

Pour le savoir, entrez dans le cadre ci-dessous
le nom de votre médicament

Je prends un somnifère ou un anxiolytique.
Suis-je accro ?

Faites le quiz